web 2.0

Histoire du projet et partenaires

 

 

1.      Genèse du projet                     

1.1.               Pourquoi au collège Antoine Delafont ?

Le projet de l’Espace Public Multimédia du Montmorélien (EP3M) a été créé dans le cadre de l’ouverture des collèges vers la population et de la mutualisation des moyens[1].

A titre expérimental, en accord avec l’Inspection Académique, le CDDP 16 et le Conseil Général de la Charente, l’EPN a été mis en place en septembre 2007 à l’intérieur de l’établissement. Il fonctionne pendant et hors temps scolaire et est ouvert à l’ensemble de la population. Il est situé dans une salle créée à cet effet dans le hall d’entrée du collège. L’EP3M est une section de l’Amicale jeunesse de Montmoreau, association loi 1901[2]. Il emploie un personnel de droit privé à temps complet[3].

1.2.               Services proposés et partenariats

L’Espace Numérique Sud Charente initie aux outils numériques toutes les personnes qui le désirent. En tant qu’espace Netpublic, il est habilité à délivrer le Passeport Internet Multimédia (PIM) ainsi que le B2i adultes[4].

Ce premier projet a été financé par différents partenaires : le Conseil Régional Poitou-Charentes, le Conseil Général de la Charente, la Communauté de Communes du Montmorélien, la commune de Montmoreau et l’Education Nationale par le biais du collège (travaux, maintenance, viabilisation, coresponsable du projet).

Actuellement, une convention entre le collège et L’Espace Numérique Sud Charente gère son fonctionnement et les responsabilités de chacun. Les personnels de L’Espace Numérique Sud Charente sont placés sous la tutelle du Principal du collège. Les personnels et les parents d’élèves qui font partie du CA du collège sont membres du comité de Pilotage de L’Espace Numérique Sud Charente


1.3.               Projet de l'Espace Mobile

Après plusieurs années de fonctionnement très positif de la structure, les membres de l’ENSC se sont demandé comment amplifier le rayonnement des actions sur tout le territoire Sud Charente[5] qui malheureusement cumule deux handicaps majeurs : une fracture sociale de plus en plus importante et une fracture numérique liée à cette fracture sociale mais également au fait que le secteur possède de nombreuses zones non desservies par le haut débit (zones blanches).

Suite à différentes réunions avec les élus du Sud Charente, l’ENSC et le collège ont proposé la mise en place d’un EPN mobile pour palier aux manques de salles de formations numériques et pour lancer une véritable action d’insertion numérique pour tous sur tout le territoire.

Ce projet a été validé par tous les partenaires qui sont les suivants : l’Europe (Féder), l’Etat, l’Education Nationale par le biais du collège, le Conseil Régional Poitou-Charentes, le Conseil Général de la Charente, le Pays sud Charente et les 5 communautés de communes qui le composent. Il a un coût total en investissement et en fonctionnem

ent sur trois ans de 310 500 €.

Dans le cadre de l’appel national à expérimentations 2009 Tic’Actives « Pour un numérique au service de la solidarité », lancé par l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives (ANSA) sous le parrainage de Martin Hirsch,  le projet de l’EPN mobile a été primé et a reçu une subvention de 17 500 € et un accompagnement en ingénierie grâce au soutien de Microsoft France[7].

Actuellement, l’ENSC de Montmoreau emploie 5 personnes et reçoit 150 personnes par semaine. L’EPN mobile est mis en circulation depuis septembre 2010,  des animations et des actions de formations sont possibles depuis janvier 2010 (sur les chantiers d’insertion, pour des tournages ...) et  des animations jeunesse ont eu lieu sur les 5 communautés de communes du Sud Charente  cet été (Eté actif et centres de loisirs).

2.                  Offres de services

  • Appropriation des TIC sur le territoire (animations grands publics sur les 2 CDC, animations dans les écoles).

  • Aide aux dispositifs de qualification des citoyens (animation dans les chantiers d’insertion, les relais de service public).

  • Développement des services en ligne et notamment de l’administration électronique.

  • Développement économique (possibilité de création de sites internet, d’outils de communications, partenariat avec des centres de formation, les chambres consulaires).

 

[1]  « (...) Il faut craindre toutefois qu’un jour la cette vie s’éteigne, là où désormais l’effectif n’atteint même plus les 200 élèves (...) l’équipement, devenu surdimensionné, doit éventuellement servir toute une population et non seuls les collégiens » (Michel Boutant, président du Conseil Général de la Charente – Editorial Tonus Charente, Novembre 2006)

[2]  Emploi tremplin régional TIC

[3] L’ENSC a fait partie des 50 centres nationaux expérimentaux du B2i adultes.

[4]  Le Pays Sud Charente est composé de 35 000 habitants répartis sur 5 communautés de communes.

[7] Voir le site : http://www.solidarites-actives.com/index.p

hp?option=com_content&task=view&id=144&Itemid=223